La prospérité partagée, ne doit pas être de vaines paroles. Elle doit réellement exister et l’État doit tout faire pour cela. L’un des moyens pour faire en sorte qu’il existe une prospérité partagée en France, c’est la mise en place d’un compte d’épargne spécial. Il s’agit du Livret de développement durable et solidaire. Bien que de …

Livret de développement durable et solidaire, ça sert à  quoi ?Read More »

Si vous voulez savoir comment faire pour stocker efficacement vos aliments, alors vous devriez absolument lire cet article. Nous vous proposons de découvrir à travers celui-ci, la dessiccation des aliments. Il s’agit d’une méthode qui permet de sécher les aliments et de pouvoir ainsi mieux les conserver. Lisez donc !

De nos jours, il est important de protéger les précieuses ressources de la planète, pour un monde plus vert. Recycler les déchets dans l’optique de leur transformation pour un nouvel usage, s’avère donc nécessaire. Tous ensemble avec CITEO, pour réduire les impacts environnementaux des déchets.

Dans le but d’aider certains particuliers à installer les énergies renouvelables, le label Qualit’EnR a été créé en 2006. En effet, il représente une grande opportunité pour tous les professionnels. Désirez-vous en savoir plus sur Qualit’EnR ? Quels sont les secteurs concernés par Qualit’EnR ? Suivez-nous à travers cet article, pour en savoir plus.

Du fait qu’ils dégradent le plus les réseaux routiers, les poids lourds sont généralement assujettis à une taxe particulière. L’objectif de cette dernière est de contribuer dans des proportions égales à l’entretien des réseaux routiers. Dans certains pays européens, l’Eurovignette se substitue à cette taxe. Qu’est-ce que c’est ? Cet article vous donne des réponses.

Les poids lourds

Par définition, un poids lourd est un véhicule routier dont le poids excède 3 500 kilogrammes, soit 3,5 tonnes de PTAC (Poids Total Autorisé en Charge). Ce type de véhicule est généralement affecté au transport de personne ou au transport de marchandises. Toutefois, en France, il est imposé une limitation du poids du véhicule par la loi. Le PTAC du poids lourd varie donc selon le nombre d’essieux. Le véhicule possédant 2 essieux est limité à 19 tonnes pendant que celui à 3 essieux l’est à 26 tonnes. Les véhicules isolés sont aussi sujets à cette limitation ; ce sont les véhicules qui disposent de 4 essieux au minimum. Leur PTAC maximal est limité à 32 tonnes. Pour le véhicule articulé constitué d’une semi-remorque attelé à un tracteur routier ou d’une remorque à un porteur, le PTAC est tout autre. Il est limité à 40 tonnes pour le véhicule à 5 essieux et plus et 38 tonnes pour celui possédant 4 essieux.

L’Eurovignette

L’Eurovignette est une forme de taxe donnant accès aux autoroutes et voies rapides des pays qui l’exigent : Pays-Bas, Danemark, Luxembourg et Suède. Elle est mise à disposition de tous les utilisateurs. Sont très concernés, les transporteurs de marchandise par réseau routier dont les véhicules ont un PTAC supérieur ou égal à 12 tonnes. Le propriétaire du poids lourd est tenu de s’acquitter d’un droit d’usage pour que son véhicule roule sur des routes dédiées. Ces routes sont désignées par chacun des États associés. L’Eurovignette est reconnue simultanément sur chacun de leurs territoires. Alors, le véhicule même si elle doit traverser plusieurs pays, n’en utilisera qu’une.

Depuis Avril 2016, la Belgique ne prélève plus l’Eurovignette sur son territoire. Cela implique que les poids lourds belges doivent payer l’Eurovignette pour traverser le Luxembourg, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas. Tout véhicule qui s’est acquitté de cette taxe est enregistré automatiquement dans la base de données des États membres de l’Accord Eurovignette. Le coût de l’Eurovignette varie généralement selon le nombre d’essieux d’un véhicule ou de l’ensemble des véhicules couplés. Le droit d’usage peut être acquitté pour la journée, la semaine, le mois ou l’année.

Comment acquérir l’Eurovignette ?

Pour acquérir une Eurovignette, le propriétaire de poids lourd peut aller vers un des points de vente (PoS). Il peut aller sur le site www.ages.de/en/eurovignette-points-of-sale.html pour avoir la liste des points de vente PoS de sa région. Il est aussi mis à la disposition des transporteurs, un portail internet officiel d’enregistrement de l’Eurovignette.  Là-dessus, ils peuvent utiliser les cartes carburants et cartes de flotte : euroShell, Esso, Eurowag, LogPay, Multi Service Toll, TSI Globa Star, UTA, Ressa, Statoil, OMV, DKV, PLOSE, TOTAL, ENI/Agip, eurotoll sas, EUROTRAFIC. Les cartes de crédit VISA et Mastercard sont également utilisables.

Très souvent, le lieu de travail est éloigné du domicile. Ceci augmente alors les dépenses quotidiennes liées au transport. Mais pour que cela n’affecte pas considérablement la bourse du travailleur, l’indemnité kilométrique a vu le jour. On vous fait comprendre entièrement la notion dans cet article.

Qu’est-ce qu’une indemnité ?

Généralement, une indemnité est une compensation monétaire en vue de récompenser un effort d’intérêt général. Elle varie selon bien des critères. Il y par exemple la situation professionnelle, le poste occupé, les fonctions assumées, la situation matrimoniale, etc. Il existe plusieurs types d’indemnités en fonction des catégories professionnelles. Mais les indemnités les plus courantes sont les indemnités d’entretien, de préavis, de licenciement, de précarité, de rupture, kilométrique, etc.

C’est quoi l’indemnité kilométrique ?

L’indemnité kilométrique désigne le remboursement des frais liés à la mise à disposition d’un véhicule appartenant à un particulier pour l’exercice de ses besoins professionnels. C’est une prime accordée lorsque la distance séparant le lieu de travail et le domicile de l’employé dépasse un certain nombre de kilomètres. Il s’agit d’un système adopté en Europe et dans beaucoup d’autres pays. En France, elle couvre de façon forfaitaire toutes les dépenses liées au véhicule. Il s’agit de :

  • l’entretien et la réparation courants du véhicule
  • l’assurance du véhicule
  • le carburant
  • le certificat d’immatriculation, de mise en circulation
  • l’acquisition ou la location du véhicule
  • l’achat d’options intégrées au véhicule.

Les contours de l’indemnité kilométrique

Dans une entreprise, le salarié ou le dirigeant peut percevoir l’indemnité kilométrique. Mais avant que celle-ci ne soit due, il faut clarifier les conditions pour lesquelles elle doit l’être. Le véhicule à utiliser pour la mission doit être personnel. Les déplacements effectués doivent avoir un caractère strictement personnel. Tous les frais de déplacement doivent être dûment justifiés. Chaque année, c’est le Ministère en charge du budget qui définit le barème de l’indemnité kilométrique par un arrêté. Ce barème se base sur deux critères de calcul : la puissance fiscale du véhicule (en CV) et la distance parcourue.

L’indemnité kilométrique se calcule annuellement et ne couvre pas les frais de stationnement ni de péage. Contrairement à ce que l’on croit, l’indemnité kilométrique n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu. Elle n’apparait en aucun cas sur le bulletin de salaire. Mais le principal inconvénient de cette indemnité est l’utilisation par le salarié de son propre véhicule pour les déplacements. Toutes les différentes dépenses de réparation sont donc à sa charge. Or, dans la plupart du temps, le montant des indemnités kilométriques ne suffit pas pour toutes couvrir ces charges.

Comprendre le recyclage, c’est garder à l’esprit que ce procédé assure la préservation des ressources naturelles. En France, le recyclage des déchets est un des éléments clés du développement. C’est l’une des raisons pour lesquelles le groupe Paprec a été créé. Voulez-vous en savoir plus sur ce groupe industriel ? Les réponses sont dans cet article.

À propos de Paprec

En 1995, une entreprise française de collecte et de recyclage des déchets ménagers et industriels est créée, c’est Paprec. Elle est présidée par Jean-Luc Petithuguenin, ancien cadre dirigeant de la Générale des Eaux. Elle s’est dotée d’un outil de recyclage à la pointe des performances. Paprec, c’est une multitude de sites répartis en France et en Suisse. Afin de mieux atteindre ses objectifs, elle se donne pour missions :

  • de repousser les limites du recyclage grâce à une démarche permanente d’innovation technologique
  • d’augmenter les taux de valorisation en améliorant les filières de traitement de tous les types de déchets
  • d’épargner les ressources disponibles et
  • de sauvegarder le potentiel énergétique des matières premières.

Que fait Paprec ?

Paprec travaille avec 8 000 collaborateurs répartis dans ses 200 sites. Faisant partie des principaux acteurs français engagés dans le recyclage, elle propose les services comme :

  • le recyclage des bois de classe A (bois non traité) et de classe B (bois faiblement traité) en collectant des déchets de bois afin de les trier
  • le recyclage des déchets de chantiers en les collectant pour les trier afin qu’ils repartent dans le cycle de production
  • le recyclage des déchets industriels banals (DIB), déchets non-dangereux
  • le recyclage des déchets industriels dangereux (DID), déchets pouvant générer des nuisances pour l’homme et pour l’environnement (batteries, déchets phytosanitaires, produits cosmétiques et pharmaceutiques…)
  • le recyclage des papiers et des cartons. Paprec s’assure de collecter les papiers et les cartons afin de les trier et mettre en vente certains. Elle gère également la fabrication de la pâte à papier, le bobinage du papier, l’impression, le façonnage et le routage du papier et enfin, la distribution du papier.
  • le recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et des piles
  • le recyclage du plastique. Paprec s’occupe de la fabrication du plastique, du polymère et des matières plastiques. Elle effectue aussi de la collecte des plastiques pour les trier afin de les conditionner. Elle se charge également de la collecte des chutes de PVC (Polychlorure de vinyle) auprès des industriels.
  • le recyclage des véhicules hors d’usage.

Paprec opte également pour la valorisation énergétique. C’est une offre qui intervient à la fin du cycle de valorisation de la matière par la méthanisation des différents types de déchets. L’entreprise fait aussi dans la valorisation agronomique.

Paprec propose des solutions

Paprec offre des solutions de recyclage qui couvrent l’ensemble des types de déchets. Elle propose également des services spéciaux comme la destruction sécurisée numérique, la destruction confidentielle, la manutention des DEEE et la gestion déléguée des déchets industriels. Paprec s’adresse aux enfants afin de mieux faire comprendre ses métiers. Elle développe alors des outils pédagogiques tels que La main dans le sac, Le lexique du recyclage, La maison de Dok.

Vous voulez vous défaire de vos appareils électroniques sans avoir à polluer l’environnement. Mais vous ignorez comment procéder. Plus d’inquiétude ! Récylum met est à votre disposition des solutions de collecte et de recyclage adaptés à vos besoins. On en parle dans cet article.

L’éco-organisme Récylum

Le Code de l’environnement (Livre V, Titre IV, Déchets) stipule que : « Toute personne qui produit ou détient des déchets dans des conditions de nature à produire des effets nocifs sur le sol, la flore et la faune, à dégrader les sites ou les paysages, à polluer l’air ou les eaux, à engendrer des bruits et des odeurs, et d’une façon générale, à porter atteinte à la santé de l’homme et à l’environnement, est tenue d’en assurer ou d’en faire assurer une élimination conforme. ».

C’est au vu de cette déclaration qu’en mai 2005 Récylum a été créé. Récylum est un éco-organisme à but non lucratif. Il s’occupe de la collecte et du recyclage des lampes usagées et des déchets d’équipements électriques et électroniques. La structure a aussi pour rôle de faire part aux producteurs de leur devoir et les aider dans la recherche en éco-conception. Elle Récylum sensibilise tous ceux qui possèdent des déchets électriques et électroniques de l’intérêt du recyclage.

Que fait Récylum ?

En 2018 Récylum fusionne avec l’éco-organisme Éco-Systèmes afin de mettre sur pied une nouvelle entité : “ESR”. Sa mission au regard de la loi (article R543-172 du Code de l’environnement) des déchets d’équipements et électroniques est de faire la collecte et le traitement de :

  • tous les matériels d’éclairage arrivant en fin de vie (les équipements électriques et électroniques usagés sont des déchets dangereux. Il est interdit de les jeter avec les déchets banals)
  • tous les dispositifs médicaux électriques arrivant en fin de vie (hors les dispositifs médicaux implantables actifs)
  • tous les automatismes industriels électriques arrivant en fin de vie
  • tous les matériels électriques de sécurité et de contrôle d’accès arrivant en fin de vie
  • tous les équipements de mesure et test arrivant en fin de vie.
  • tous les matériels de distribution d’énergie arrivant en fin de vie.
  • tous les outils électriques et électroniques professionnels arrivant en fin de vie ; de ceux-là, sont exceptés les gros outils industriels fixes ; il en est de même des engins mobiles non routiers qui possèdent leur source d’énergie autonome et des roues motrices assurant leur déplacement sans aucun effort externe
  • tous les outils électriques professionnels de la maintenance automobile arrivant en fin de vie
  • des feux tricolores aux panneaux routiers, les équipements de signalisation lumineuse arrivant en fin de vie
  • les petits appareils extincteurs utilisés par les particuliers et les professionnels ; eux par contre sont considérés comme des déchets diffus spécifiques ; sont exclus les appareils à CO2, les appareils d’extinction non conçus pour fonctionner sous pression, les appareils de charge nominale > 2 kg/2 l
  • tous équipements électriques et électroniques professionnels pour l’hygiène et la propreté arrivant en fin de vie.

Alors, quels que soient votre activité, le type et la quantité d’équipement dont vous devez vous défaire, confiez-vous à Récylum.